spacer spacer spacer
spacer spacer
Facebook
rss
spacer
Français | English
spacer spacer spacer
spacer
spacer
image
spacer
image
spacer
image
spacer
image
spacer
image
spacer
04 janvier 2017 - 10:47:06 spacer  
Faut pas lui dire : nanas nananère !
image spacer  
spacer

Elles sont quatre. Deux sœurs, leur amie de toujours et leur petite cousine, Yael, très tôt orpheline qui a grandi avec elles. Le temps ne les a pas séparées. Au contraire. Elles sont devenues de plus en plus proches, toujours bienveillantes les unes par rapport aux autres.
Lorsque Yael est sur le point de se marier, l’effervescence monte d’un cran. Mais quand sa cousine Laura croise le futur époux en galante compagnie dans un bar discret, c’est la cata. Conseil de famille. Faut-il lui dire ? Ou pas. Anouch est plutôt pour. Ève carrément contre. À la majorité relative puis absolue, la décision sera de se taire. Et de voir comment la situation évolue.
spacer



Faut pas lui dire suit les pérégrinations de ces quatre femmes et d’une poignée d’hommes : maris, amants, amants du mari, coups de foudre ou boulets. Mais par un prisme féminin, car oui, Faut pas lui dire est un vrai film de nanas, écrit et réalisé par une nana, superbement interprété par une belle équipe de nanas. Rien de sexiste là-dedans. Tout au contraire.
Les spectatrices vont se régaler, les spectateurs trouveront sans doute intéressant de découvrir ce que leurs femmes et petites amies se racontent dans leur dos. Mais le curseur psychologique du film est clairement féminin.


Rythmée, très enjouée, cette comédie romantique vraiment innovante dans le petit paysage du cinéma belge est pourtant l’œuvre d’une débutante. Enfin presque. Solange Cicurel, avocate de son état a déjà réalisé un fort joli court métrage, Einstein est un Réfugié, qui a joui de nombreuses sélections à travers le monde en 2010-2011. Cinq ans plus tard, elle revient dans un tout autre genre, pétillant, mutin, cocasse avec un quatuor d’actrices au top qui font une grande partie du charme du film.


image


Dans le rôle de la jeunette, Stéphanie Crayencour prouve par A+B qu’elle est un de nos plus grands espoirs. Drôle, malicieuse, touchante, elle peut tout jouer. Dans un même film ? Pas de problème ! Dans une même scène ? Elle peut aussi le faire en restant crédible de bout en bout. À ses côtés, Tania Garbarski est juste épatante, très rigolote, mais avec beaucoup de second degré et une sacrée dose d’autodérision. Les deux comédiennes françaises qui complètent le quatuor sont au diapason : Jenifer Bartoli (oui, oui LA Jenifer) se la joue collectif, bonne copine dynamique sans jamais tirer à elle a couverture, fraîche et fort convaincante, tandis que Camille Chamoux (révélée dans Les Gazelles) est juste à mourir de rire quand elle se pose des tas de questions existentielles sans forcément attendre les réponses.
Bref : si on considère qu’un film repose en grande partie sur son casting, celui-ci est déjà une réussite avant même le premier tour de manivelle (vieille expression qui n’a plus aucun sens aujourd’hui, on l’avoue).

Film choral féminin oblige, les acteurs mâles sont moins présents à l’écran. Mais ils ne passent pas inaperçus pour autant. Arié Elmaleh, Stéphane Debac, Laurent Capelluto, Fabrizio Rongione, Charlie Dupont, Clément Manuel ou Benjamin Bellecour jouent sur tous les registres de la séduction masculine. Plus ou moins adroite et sincère.


image


Faut pas lui dire est donc une comédie romantique, mais ce n’est pas un film reposant uniquement sur ses dialogues (quelques quotes percutants en vue) et ses acteurs(ou trices). On reproche souvent aux comédies françaises de manquer de classe. Engager Hichame Allaouié pour filmer les émois de ces dames est un autre pari gagnant. La photographie magnifique de ce surdoué déjà deux fois primé aux Magritte met parfaitement en valeur le art design très soigné de cette comédie (bien) produite par Entre chien et loup. Les décors sont de Martin Moulron et les costumes de Sophie Van den Keybus. On se croirait au Théâtre ce soir, mais ça vaut la peine de les citer, car le boulot est impressionnant.


Sans aucune prétention, sinon celle de divertir en nous plongeant dans les préoccupations existentielles d’une poignée de trentenaires à la recherche d’un second souffle amoureux (très réalistes, nous souffle-t-on), Faut pas lui dire exhale le doux parfum de la comédie pétillante susceptible de devenir culte chez certaines.
Et même si le core business de Wallimage qui cofinance le film est de dynamiser l’industrie wallonne de l’audiovisuel, on garde un œil attentif sur la carrière en salles de ce film qui, en cas de succès, pourrait profondément modifier le paysage cinématographique belge en amenant un peu plus de légèreté et de fantaisie. On croise les doigts !
11
spacer
spacer spacer  
spacer
spacer
Zombillenium
Arthur de Pins, Alexis Ducord
Sortie en Belgique le 18 octobre 2017
Dans le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium, les monstres ont le blues. (...)
spacer
Le fidèle
Michael Roskam
Sortie en Belgique le 04 octobre 2017
Lorsque Gino rencontre Bénédicte, c’est la passion. Totale. Incandescente. Mais Gino a un secret. De ceux qui mettent votre vie et votre entourage en danger. Alors Gino et (...)
spacer
Seven Sisters
Tommy Wirkola
Sortie en Belgique le 30 août 2017
2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous (...)
spacer
Grand Froid
Gérard Pautonnier
Sortie en Belgique le 30 août 2017
Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile. L’entreprise ne compte plus que deux employés : Georges, le bras droit (...)
spacer
spacer
Tous les films
spacer
image
spacer
image
spacer
image
spacer
image
spacer
image
spacer spacer
spacer spacer
spacer
image     wallonie    © Wallimage sa | Fonds Régional d'Investissement dans l'Audiovisuel | Droits réservés | Webdesign Messier111 | Administrationspacer
spacer spacer