Un casting exceptionnel pour la 85e session de Wallimage

  • 07.07.2017

En novembre 2011, pour la 43e session de Wallimage, les films du Fleuve nous avait proposé De Rouille et d’Os de Jacques Audiard. Six ans plus tard, l’équipe se reforme autour des Frères Sisters, un nouveau projet encore un peu plus ambitieux par l’originalité de son sujet, son incroyable casting… et son budget conséquent. Pour cet authentique western tourné en Espagne et en Roumanie, le talentueux réalisateur français a en effet convoqué Jake Gyllenhaal, Joachin Phoenix, mais aussi John C. Reilly, Niels Arestrup et le jeune Riz Ahmed, vedette de la formidable série HBO, The Night of… L’essentiel des dépenses wallonnes se concentre sur la création des effets spéciaux qui seront effectués chez Mikros à Liège (comme pour De Rouille et d’os). Macadam Car participera à ce tournage magique avec ses car-loges devenues incontournables dans le paysage cinématographique tandis que des techniciens wallons s’immisceront dans les équipes pour tenter de faire de ce film d’aventures existentialiste, un événement mondial capable de briller sur plusieurs continents.

Imaginer que Nicolas Cage puisse venir passer l’été en Belgique était une utopie. Grâce à Umedia c’est devenu une réalité. La société belge produit en effet Mandy, deuxième long métrage de Panos Cosmatos (le fils du réalisateur de Rambo II, Unknown Origin ou Cobra), un film d’action au fort relent de comics, censé se dérouler au Canada. Les repérages effectués par l’équipe sont saisissants et promettent une esthétique déroutante. La quasi-totalité de l’équipe technique sera belge (et en grande partie wallonne) tandis que toute la postprod de l’image au son en passant par la gestion des rushes se fera chez Dame Blanche Genval peu habitué à travailler sur ce genre de projets à visibilité mondiale.

Moins connu du grand public, Jim Taihuttu est pourtant une star. À côté de son activité de réalisateur (il a déjà tourné deux longs métrages), il est en effet… un DJ mondialement reconnu qui œuvre sous le pseudo, Jim Aasgier. Remarqué avec Rabat et, surtout, le prodigieux Wolf, le réalisateur néerlandais (à droite sur la photo ci-dessus) s’apprête à tourner un film de guerre sulfureux qui retrace le parcours d’un bataillon hollandais stationné en Indonésie à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale. Pour The East, il retrouve son acteur fétiche, l’impressionnant Marwan Kenzar tandis que sa production a choisi de s’allier avec Benoit Roland (Wrong Men) qui a réussi à ramener en Wallonie toute la postproduction (à l’exception du montage image). La postproduction son se déroulera au Studio l’équipe Wallonie et à Genval les Dames pour le bruitage. Le laboratoire et –surtout– les VFX seront pris en charge par Mikros Image Liège.

Comme Mandy, A good woman is hard to find est à ranger dans la catégorie « films de genre ». Sans grande surprise, c’est Frakas qui nous a amené ce petit polar social, teigneux, féministe en diable, qui évoque la rencontre de Ken Loach, Quentin Tarantino et Park Chan-Wook. Pour réussir à nous séduire avec ce budget très maîtrisé, Frakas a multiplié les angles d’attaque : de nombreux postes-cadres wallons sont impliqués, les industries techniques sont sollicitées pour le tournage, ainsi que Mikros pour la postproduction image, 11 jours de tournage sont prévus dans les studios du Pôle Image de Liège pour la reconstitution des intérieurs. L’histoire se déroulant à Belfast, les extérieurs y seront forcément tournés.

À côté de ces coproductions internationales d’horizons différents, Versus nous propose le nouveau long métrage de l’infatigable Joachim Lafosse. Continuer renoue avec la veine assez épique des Chevaliers Blancs tout en se focalisant sur les relations familiales qui forment la trame de presque tous les films du réalisateur. Produit par Versus et tourné au Maroc à l’automne, Continuer accueille une actrice de renom qui n’est pas vraiment familière de l’univers de Joachim : Virginie Efira ! Elle parcourra de grandes étendues sauvages avec son fils en décrochage social et scolaire. Genval-les-Dames s’occupera du bruitage et le Studio l’équipe de Bierges du mixage du film. Mikros Image effectuera les VFX et tout le laboratoire image à Liège.

À côté de ces longs métrages alléchants, le conseil d’administration de Wallimage a également retenu deux séries qui présentent des atouts non négligeables.
La deuxième saison d’Ennemi Public (Entre chien et loup) s’inscrit sans surprise dans la lignée de la première en conservant tous les comédiens majeurs présents depuis l’épisode 1. Plus une actrice découverte à la toute fin du 10e épisode, Pauline Étienne. L’inspectrice Chloé Muller (Stéphanie Blanchoud) se trouve ici confrontée à une nouvelle affaire inextricablement liée à sa propre histoire. De quoi attiser encore la paranoïa ambiante. L’essentiel du tournage se déroulera en Wallonie et un des réalisateurs ainsi que le chef opérateur sont wallons, la cantine sera assurée par Iris Soldani. Le montage image, le montage son et le matériel de sonorisation sont fournis par The Post Box. L’ensemble de la postproduction sera d’ailleurs supervisée par Sebastien Demeyere.

Last but not least, Kwassa nous a apporté un dossier pas banal : un documentaire en quatre parties sur l’histoire de l’esclavage, d’une grande ambition tant dans son propos que dans sa portée puisque ce projet de prestige sera largement diffusé à travers le monde pour célébrer l’an prochain l’anniversaire de l’abolition de l’esclavage. Une partie des Routes de l’esclavage est composée de tournages sur fonds verts qui ont été réalisés dans les studios de TSF à Liège. Ces images seront ensuite animées selon le procédé peu répandu aujourd’hui de la rotoscopie. C’est Mikros Liège qui se charge de ce travail de bénédictins. Pour ce faire, la société de Bernard Devillers a recruté et formé douze jeunes gens en recherche d’emploi à cette technique, faisant d’eux des artistes très qualifiés dans un créneau où l’Europe se montre clairement dépourvue. Cerises sur le gâteau : Benuts sera en charge de l’animation des cartes géographiques, et toute la post-prod son sera effectuée en Wallonie.